mardi 26 août 2014

Petite Buse : Partira ou partira pas?

En débutant cette autre séquence d’excursions, notre premier objectif était de « venger » la sortie trop tranquille que nous avions faite à Rivière-Ouelle jeudi dernier. Les conditions d’observation étaient pourtant très belles, je ne comprends pas encore pourquoi il n’y avait pas plus d’oiseaux en bordure du fleuve! Nous avons donc pris la décision de Rivière-Ouelle dès vendredi en espérant une plus belle récolte que la veille. Samedi, nous avons effectué une visite dans les forêts conifériennes de Saint-Onésime à la recherche d’éventuels fringillidés. Pour dimanche, une petite randonnée à vélo en utilisant un de nos circuits traditionnels allait sûrement bien clore nos vacances. Mais, les oiseaux étant ce qu’ils sont, les espèces-vedettes de nos sorties ne sont pas toujours celles que nous attendions!

Vendredi, nous voilà encore une fois au quai de Rivière-Ouelle au lever du jour. Nous avions beau scruter le large, il était évident que les oiseaux, tout comme la veille, avaient décidé de rester cachés (et j’aimerais bien savoir où!). Notre visite au quai s’en est trouvée raccourcie et nous avons dû nous rabattre rapidement sur les autres sites de la municipalité.
C’est près d’un des nombreux boisés situés en bordure du fleuve que la petite surprise de la journée s’est présentée à nous. Ce n’est pas une grosse surprise mais, pour moi qui fréquente ces sites avec régularité depuis 30 ans, elle a tout de même réveillé certaines cellules de mon cerveau! Les oiseaux de proie en migration sont relativement rares en automne dans la région de La Pocatière. Les buses, en particulier, préfèrent longer la rive nord du fleuve Saint-Laurent plutôt que de s’élancer au-dessus de l’eau vers la rive sud. Nous avons donc été plutôt intrigués, vendredi matin, de voir neuf Petites Buses migrer vers le sud-ouest le long du rivage! Il ne s’agit certainement pas de nicheurs locaux puisque les forêts bordant le fleuve dans la région sont surtout composées de conifères de petite taille sur fond rocheux, ce qui ne correspond pas à ce que recherchent les Petites Buses pour la nidification. De plus, les individus qui nichent dans les belles forêts de feuillus et mixtes de l’intérieur des terres n’ont aucune raison de se remonter jusqu’au fleuve pour migrer vers le sud. Alors, d’où venaient donc les oiseaux vus vendredi??? Étaient-ce des migrateurs hâtifs qui ont osé traverser le fleuve ou simplement des oiseaux errants avant de partir vers le sud? Si la deuxième hypothèse est la bonne, pourquoi autant d’oiseaux étaient impliqués dans un événement assez rare pour qu’il n’ait jamais été remarqué??? La migration automnale des Petites Buses est toujours très concentrée, avec souvent près de 90% des oiseaux migrant à l’intérieur d’une même journée. À Tadoussac (où Christiane et moi avons recensé les rapaces en migration durant neuf ans), c’est autour du 12 septembre que tout se déroule. Avant le début de septembre, la grande majorité des Petites Buses que nous observions étaient souvent hésitantes, contrairement au comportement typique des vraies migratices.

À Rivière-Ouelle, vendredi le 22 août entre 5 h 25 et 11 h 25, nous avons observé 56 espèces sur le territoire de Rivière-Ouelle, dont :
  • 8 Oies des neiges
  • 62 Bernaches du Canada
  • 24 Canards noirs
  • 63 Eiders à duvet
  • 4 Macreuses à front blanc
  • 4 Plongeons catmarins
  • 9 Plongeons huards
  • 2 Fous de Bassan
  • 140 Cormorans à aigrettes
  • 49 Grands Hérons
  • 4 Urubus à tête rouge
  • 6 Busards Saint-Martin
  • 9 Petites Buses – Ces oiseaux, observés individuellement ou en duo, se comportaient vraiment comme des migrateurs. Elles étaient nettement prêtes à partir!
  • 5 Chevaliers grivelés
  • 2 Tournepierres à collier
  • 5 Bécasseaux sanderlings
  • 1 Guillemot à miroir
  • 800 Goélands à bec cerclé
  • 3 Tourterelles tristes
Tourterelle triste (Mourning Dove – Zenaida macroura)
Rivière-Ouelle – 22 août 2014 © Claude Auchu

  • 3 Colibris à gorge rubis – Un de ces colibris volaient très loin au large du quai!
  • 4 Pics flamboyants
  • 4 Faucons émerillons – Nous avons vu presque autant d’émerillons que de limicoles!?!
  • 1 Moucherolle tchébec
  • 1 Viréo de Philadelphie
  • 1 Hirondelle rustique – Les hirondelles nous quittent petit à petit. Certaines années, c’est souvent un défi de réussir à en voir en septembre!
  • 7 Sittelles à poitrine rousse
  • 2 Roitelets à couronne dorée
  • 1 Moqueur chat
  • 2 Parulines obscures
  • 1 Paruline à joues grises
  • 7 Parulines masquées
  • 2 Parulines tigrées
  • 1 Paruline à tête cendrée
Paruline à tête cendrée (Magnolia Warbler – Setophaga magnolia)
Rivière-Ouelle – 22 août 2014 © Claude Auchu
  • 17 Parulines à croupion jaune
  • 2 Bruants de Nelson
  • 11 Bruants à gorge blanche
Samedi matin, en nous rendant à 20 kilomètres à l’intérieur des terres, nous voulions vérifier si les fringillidés qui devraient fréquenter ce secteur l’hiver prochain étaient déjà sur place. Le petit groupe de 16 Becs-croisés bifasciés rencontré tout près trois jours plus tôt nous faisait déjà rêver. Après deux hivers pratiquement sans bec-croisé ni tarin, la production de cônes de conifères dans la région nous semble enfin assez abondante cette année pour garantir ces deux espèces au cours des prochains mois. Bien sûr, si les autres régions de l’est du continent pouvaient connaître à leur tour une pénurie de graines d’épinettes, ça nous donnerait aussi un sérieux coup de main!
Honnêtement, ce ne fut pas vraiment une surprise de constater la quasi-absence des fringillidés, même dans les îlots le plus conifériens du secteur. Disons qu’il est peut-être un peu tôt en saison… laissons les « cocottes » atteindre la maturité. Pourtant, depuis une dizaine de jours, les écureuils nous donnent l’impression que les graines de conifères sont prêtes; on entend régulièrement ces charmants petits rongeurs faire dégringoler les cônes du haut des arbres. Espérons qu’ils en laisseront pour les oiseaux…!

Samedi le 23 août, nous avons exploré le fin fond de Saint-Onésime de 5 h 55 à 10 h 45 pour y trouver 42 espèces différentes. En voici quelques-unes :
  • 7 Petites Buses – Si les Petites Buses observées à Rivière-Ouelle la veille nous ont semblé être en migration, ces sept oiseaux étaient visiblement des oiseaux locaux qui patrouillaient en tous sens leur territoire. L’une d’elles lançait encore le cri typique de l’espèce, ce que les migratrices ne font jamais. Celles-là n’étaient vraiment pas prêtes à partir!
  • 5 Tourterelles tristes – Présentes dans une zone coniférienne que même les Merles d’Amérique et les Bruants chanteurs (nous n’avons vu qu’un seul individu de chacune de ces espèces!) semblent éviter.
  • 1 Martinet ramoneur – Comme le 1er août de l’an dernier, nous avons observé un martinet dans ce coin reculé. Les martinets ne nichent pas que dans les cheminées ou les arbres creux; je suis certain que les vieilles cabanes abandonnées en forêt (et elles sont nombreuses!) abritent plus de nids que les cheminées de nos villes. En 1954, l’abbé René Tanguay avait lui-même trouvé un nid dans un hangar abandonné au lac aux Loutres.
  • 1 Colibri à gorge rubis
  • 1 Martin-pêcheur d’Amérique
  • 7 Pics maculés – Six juvéniles et un seul adulte!
  • 5 Pics mineurs
  • 3 Pics chevelus
  • 6 Pics flamboyants
  • 2 Viréos à tête bleue
  • 9 Viréos aux yeux rouges
  • 8 Geais bleus
  • 20 Mésanges à tête noire
  • 1 Mésange à tête brune
  • 6 Sittelles à poitrine rousse
  • 5 Troglodytes des forêts – Cette belle quantité m’apparaît surprenante tellement ces oiseaux peuvent être difficiles à dénicher une fois qu’ils ont arrêté de chanter.
  • 1 Grive solitaire
  • 2 Parulines à joues grises
  • 8 Parulines masquées
  • 1 Paruline flamboyante
  • 1 Paruline à collier
  • 1 Paruline à tête cendrée
  • 1 Paruline à gorge orangée
  • 1 Paruline à flancs marron
  • 4 Parulines bleues
  • 3 Parulines à croupion jaune
  • 1 Paruline à gorge noire
  • 1 Paruline du Canada
  • 1 Tarin des pins – Un seul tarin, en espérant qu’il tracera la voie aux autres.
Nous voilà déjà rendus à dimanche, le dernier jour de nos vacances. J’ai terminé cette séquence en douceur par une petite promenade à vélo à La Pocatière. Nous avons quelques circuits traditionnels parcourant les routes de ma municipalité et plusieurs se terminent sur les battures du fleuve. C’est justement à cet endroit que j’ai croisé une espèce qui m’aurait moins surpris au large du quai de Rivière-Ouelle deux jours plus tôt.

Voici une partie des 59 espèces que j’ai croisées à La Pocatière dimanche le 24 août entre 6 h 15 et 11 h 45 :
  • 8 Oies des neiges – Finalement, des Oies des neiges auront passé l’été partout le long du fleuve cet été : Saint-Denis, Rivière-Ouelle, La Pocatière, Saint-Roch-des-Aulnaies…
  • 15 Canards chipeaux
  • 110 Canards noirs
  • 150 Canards colverts
  • 4 Sarcelles à ailes bleues
  • 3 Canards souchets
  • 35 Sarcelles d’hiver
  • 2 Chevaliers solitaires – Au petit matin, j’ai fait envoler ces deux chevaliers d’un stationnement en gravier.
  • 1 Labbe parasite – En fin d’avant-midi, alors que j’inspectais les battures aux jumelles, j’ai été intrigué par un groupe de goélands qui quittaient rapidement le rivage vers l’intérieur des terres. J’ai accéléré mon « scan » en cherchant un Faucon pèlerin qui, d’après moi, était sûrement la cause de cet émoi. Je croyais bien l’avoir trouvé, suivant de très près un jeune Goéland argenté qui volait en zigzag. Durant une fraction de seconde, je l’ai trouvé bien petit pour un Faucon pèlerin jusqu’à ce qu’un autre virage serré me permette de remarquer du blanc à la base des primaires!!! Mon Faucon pèlerin venait de se transformer en Labbe parasite! Plus surprenant encore, le labbe s’est posé sur une pierre à la limite de la marée! Dans ma région, c’est la première fois que je vois un labbe posé sur le rivage! L’oiseau est même resté sur place durant près de 10 minutes, me permettant de l’approcher assez pour discerner le jaunâtre derrière sa joue. Au fil des années, j’avais déjà trouvé à quelques reprises des Labbes parasites à partir du rivage à La Pocatière, mais ils étaient toujours très loin au large, souvent à la limite de l’identifiable. Vraiment, les oiseaux réussissent toujours à nous surprendre!
Le voyez-vous?
Labbe parasite (Parasitic Jaeger – Stercorarius parasiticus)
La Pocatière – 24 août 2014 © Claude Auchu
  • 200 Goélands à bec cerclé
  • 4 Colibris à gorge rubis
  • 1 Martin-pêcheur d’Amérique
  • 3 Pics chevelus
  • 2 Grands Pics
  • 1 Moucherolle phébi
  • 20 Viréos aux yeux rouges
  • 19 Geais bleus
  • 16 Mésanges à tête noire
  • 12 Sittelles à poitrine rousse
  • 1 Sittelle à poitrine blanche – Nicheur rare dans la région, cet oiseau a été trouvé presque dans le centre-ville. La très grande majorité des observations dans la région sont faites durant l’hiver.
  • 3 Grives solitaires
  • 1 Moqueur chat
  • 13 Jaseurs d’Amérique
  • 1 Paruline obscure
  • 1 Paruline à joues grises
  • 7 Parulines masquées
  • 3 Parulines flamboyantes
  • 2 Parulines à tête cendrée
  • 1 Paruline à poitrine baie
  • 2 Parulines à gorge orangée
  • 1 Paruline jaune
  • 2 Parulines à flancs marron
  • 1 Paruline bleue
  • 7 Parulines à croupion jaune
  • 1 Goglu des prés – Les goglus sont maintenant observés pratiquement à l’unité, eux qui formaient encore des bandes de dizaines d’oiseaux il y a 15 ans à peine.
Savez-vous ce qui m’a le plus surpris durant mes vacances? C’est de rencontrer des observateurs d’oiseaux un peu partout! Que ce soit au quai de Rivière-Ouelle, sur la traversier de Rivière-du-Loup, à Montmagny ou aux Escoumins, il était difficile de ne pas les remarquer avec leurs jumelles, télescopes, appareils-photos et, surtout, leur enthousiasme! Vraiment, les observateurs d’oiseaux sont maintenant partout!

vendredi 22 août 2014

Passereaux et limicoles

Avec les migrateurs qui deviennent de plus en plus présents, nous n’avons que l’embarras du choix devant les possibilités d’excursions intéressantes dans un coin ou un autre de la région. Nous entrons présentement dans le pic de migration des insectivores et de la majorité des espèces de limicoles, en attendant l’arrivée des canards et des passereaux granivores d’ici un mois. Que ce soit en forêt ou en bordure du fleuve, de nouveaux arrivants sont toujours là pour nous surprendre.
Pour cette dernière semaine de vacances, une des contraintes pour nous était de réussir à insérer des excursions entre nos autres obligations. La température tout simplement parfaite de l’été se poursuit sans faiblir. D’ailleurs, je déclare que l’été 2014 me servira dorénavant de référence sur ce qu’est un été parfait! Rien de moins!

Lundi le 18 août, nous ne disposions que de quelques heures en matinée pour observer les oiseaux. Voulant également relaxer un peu, nous avons opté pour une simple promenade à vélo à travers la campagne de La Pocatière. Voici les espèces les plus notables rencontrées :
  • 22 Crécerelles d’Amérique – Un beau total pour cette espèce dont la population est en diminution depuis des années! Elle est maintenant nettement moins commune à La Pocatière durant la saison de nidification, mais ce total d’individus est mon meilleur à vie en période post-nuptiale dans la région.
  • 1 Faucon pèlerin – Il survolait des champs loin du fleuve où sont habituellement concentrées les observations de l’espèce.
  • 1 Moucherolle phébi
  • 4 Hirondelles rustiques
  • 8 Sittelles à poitrine rousse – Encore une belle quantité pour cette espèce, d’autant plus que notre promenade s’est effectuée surtout en milieu champêtre!
  • 3 Goglus des prés
Mardi, nous avons visité un secteur de Saint-Onésime qui nous fourni régulièrement de belles quantités et de bonnes diversités. C’est une fois de plus à vélo, de loin le meilleur moyen de transport pour voir et entendre le maximum d’oiseaux, que nous avons effectué cette sortie. Cette décision était bien sûr la bonne et les nombreux groupes de passereaux rencontrés n’ont pas manqué d’attirer notre attention.

Voici une partie des 54 espèces que nous avons rencontrées à Saint-Onésime mardi le 19 août entre 5 h 45 et 11 h 00 :
  • 1 Petite Buse
  • 3 Chevaliers solitaires – Un des rares limicoles typiquement rencontrés en bordure de la forêt.
  • 5 Colibris à gorge rubis
  • 1 Pic maculé
Pic maculé, juvénile (Yellow-bellied Sapsucker – Sphyrapicus varius)
Saint-Onésime – 19 août 2014 © Claude Auchu
  • 2 Pics mineurs
  • 1 Pic chevelu
  • 8 Pics flamboyants
  • 2 Crécerelles d’Amérique
  • 1 Pioui de l’Est – Encore un mâle chanteur.
  • 2 Moucherolles tchébecs
  • 6 Moucherolles phébis
Moucherolle phébi (Eastern Phoebe – Sayornis phoebe)
Saint-Onésime – 19 août 2014 © Claude Auchu
  • 4 Viréos à tête bleue
  • 2 Viréos de Philadelphie
Viréo de Philadelphie (Philadelphia Vireo – Vireo philadelphicus)
Saint-Onésime – 19 août 2014 © Claude Auchu
  • 2 Viréos aux yeux rouges
  • 48 Geais bleus – Bien présents et bruyants, mais pas toujours très élégants : un des oiseaux n’avait pratiquement pas de plumes sur la tête! Vivement la fin de la mue!
  • 2 Hirondelles à front blanc
  • 18 Hirondelles rustiques – Certaines vieilles granges ne manquent pas d’attirer les Hirondelles rustiques et à front blanc même au moment des migrations.
  • 37 Mésanges à tête noire
  • 15 Sittelles à poitrine rousse
  • 4 Troglodytes des forêts
  • 2 Roitelets à couronne rubis
  • 2 Grives fauves
  • 4 Moqueurs chats
  • 38 Jaseurs d’Amérique
  • 1 Paruline couronnée
  • 1 Paruline noir et blanc
  • 5 Parulines obscures
  • 8 Parulines à joues grises
  • 2 Parulines tristes
Paruline triste (Mournig Warbler – Geothlypis philadelphia)
Saint-Onésime – 19 août 2014 © Claude Auchu
  • 22 Parulines masquées
  • 1 Paruline flamboyante
  • 1 Paruline à collier
  • 10 Parulines à tête cendrée
  • 3 Parulines à gorge orangée
  • 7 Parulines à flancs marron
  • 8 Parulines à croupion jaune
  • 1 Paruline à gorge noire
  • 17 Bruants à gorge blanche
  • 4 Cardinaux à poitrine rose
  • 50 Quiscales bronzés
  • 14 Roselins pourprés
  • 16 Becs-croisés bifasciés – Un autre signe encourageant pour ceux qui, comme nous, ont souffert du manque d’oiseaux durant l’hiver 2013-14!
Mercredi midi, nous avons pris la route vers Montmagny afin de jeter un coup d’œil aux limicoles se rassemblant en grand nombre près du quai Boulanger. En arrivant sur place, nous avons été impressionnés par la quantité… d’observateurs et de photographes présents sur place!!! Nous qui croyions être seuls en ce milieu de semaine! Ce n’est qu’au retour à la maison que j’ai compris la raison de cette foule : une excursion du Club des ornithologues de Québec, « mon » club, avait lieu mercredi après-midi! Je survole peut-être trop rapidement la section des activités saisonnières du Bulletin ornithologique!?!

Les 2 h 15 passées à Montmagny mercredi le 20 août nous aura fourni 36 espèces et des quantités d’oiseaux souvent difficiles à évaluer. En voici une partie :
  • 3 Canards branchus
  • 50 Canards colverts
  • 12 Sarcelles d’hiver
  • 3 Grèbes à bec bigarré
  • 2 Bihoreaux gris
  • 1 Pygargue à tête blanche – Un immature en plumage de 1ère année.
  • 6 Chevaliers grivelés
  • 1 Chevalier solitaire
  • 10 Grands Chevaliers
  • 40 Petits Chevaliers
  • 1 Bécasseau à échasses – Un adulte en mue. Cette espèce est régulière en très petit nombre à Montmagny et à Cacouna, mais elle est étrangement difficile à trouver autour de La Pocatière, pourtant située à mi-chemin entre ces deux municipalités.
  • 20 Bécasseaux minuscules
  • 2 Bécasseaux à croupion blanc
  • 800 Bécasseaux semipalmés
  • 2 Bécassins roux
  • 1 Martinet ramoneur – En scrutant les limicoles, Christiane a remarqué que certains regardaient vers le ciel en penchant la tête de côté. Elle a suivi leur regard pour trouver le martinet qui passait discrètement au-dessus des nombreux observateurs qui regardaient tous vers le bas!
  • 1 Faucon pèlerin
  • 5 Goglus des prés
Il y avait déjà près d’une semaine que je n’étais pas allé à Rivière-Ouelle, une chose impensable durant mes vacances! Jeudi, des vents légers devant souffler du nord-est, les conditions nous semblaient rêvées pour passer quelques heures à inspecter le large à partir du quai. La marée étant basse à 8 h 25, nous avons choisi de faire d’abord notre tournée des passereaux pour profiter au maximum de la marée montante une fois au quai. Mais voilà, les oiseaux avaient décidé de se faire discrets jeudi matin. Il faut dire que, dans la région de la Pocatière, la température n’a pratiquement pas changé depuis plus de deux semaines. Il nous faudrait le passage d’un vrai front froid pour faire décoller les oiseaux qui s’attardent et en amener de nouveaux.

En attendant, nous avons tout de même observé 60 espèces à Rivière-Ouelle jeudi le 21 août entre 5 h 25 et 10 h 25 :
  • 23 Oies des neiges – Toujours les mêmes qui ont passé l’été dans la région.
  • 51 Bernaches du Canada
  • 2 Canards d’Amérique
  • 30 Canards noirs
  • 1 Macreuse brune
  • 1 Garrot à œil d’or
  • 1 Plongeon catmarin – Oui, un seul! Il y en avait pourtant 239 la semaine dernière!
  • 2 Plongeons huards
  • 255 Cormorans à aigrettes
  • 37 Grands Hérons – L’arrivée des juvéniles à la fin de l’été décuple souvent la population locale.
  • 3 Busards Saint-Martin
  • 1 Épervier brun
  • 1 Pluvier argenté
  • 3 Pluviers semipalmés
  • 3 Chevaliers grivelés
  • 3 Chevaliers solitaires
  • 1 Grand Chevalier
  • 2 Petits Chevaliers
  • 1500 Goélands à bec cerclé
  • 6 Colibris à gorge rubis – Les fossés débordent présentement d’Impatientes du Cap en fleur. Les colibris sont là pour en profiter, quitte à devoir se battre entre eux pour protéger leur section de fossé.
  • 1 Pic mineur
  • 1 Pic chevelu
  • 1 Faucon émerillon
  • 3 Faucons pèlerins
  • 2 Moucherolles tchébecs
  • 1 Tyran tritri
  • 2 Hirondelles rustiques
  • 5 Sittelles à poitrine rousse
  • 110 Étourneaux sansonnets
  • 5 Parulines obscures
  • 4 Parulines à joues grises
  • 12 Parulines masquées
  • 3 Parulines flamboyantes
  • 2 Parulines tigrées
  • 2 Parulines à tête cendrée
  • 1 Paruline à gorge orangée
  • 11 Parulines à croupion jaune
  • 1 Bruant de Nelson
  • 1 Goglu des prés
Que faire après une excursion si « ordinaire »? Puisque le vent du nord-est s’est poursuivi toute la journée, pourquoi ne pas retourner à Rivière-Ouelle vendredi matin? Oui, bonne idée! Nous y serons, pour le meilleur (espérons-le!) comme pour le pire!

mardi 19 août 2014

Des goélands frugivores, une Hirondelle à ailes hérissées et, en prime, un Marsouin commun!

Ces derniers jours, c’est plus qu’un petit air de fin d’été qui a commencé à se faire sentir dans la région de La Pocatière! Les matinées nettement plus fraîches autant que la couleur des grains dans les champs nous rappellent que l’automne n’est pas très loin. Ce qui signifie que les premiers mouvements de migrateurs notés depuis quelques semaines sont bien réels! La nidification est maintenant terminée, sauf peut-être pour certains Chardonnerets jaunes et Jaseurs d’Amérique qui attendent toujours que les graines et les fruits dont ils nourrissent leurs oisillons soient bien mûrs. Les populations d’oiseaux ont maintenant atteint leur sommet d’abondance et tous ces individus vont chercher un endroit où passer l’hiver, certains le feront dans la région alors que d’autres se rendront jusqu’en Amérique du Sud.

Vendredi, au lever du soleil, le petit 9°C au quai de Rivière-Ouelle était bien « endurable » grâce à l’absence presque total de vent. En plus, le soleil s’est rapidement pointé entre les nuages. Cette fois, la visibilité au large du quai était vraiment excellente et je dois avouer que les conditions étaient bien près de la perfection. Christiane ne m’accompagnait malheureusement pas pour en profiter, elle avait décidé de prendre un peu de repos (les vacances peuvent aussi servir à ça…).

Voici une partie des 62 espèces que j’ai pu observer à Rivière-Ouelle vendredi le 15 août entre 5 h 05 et 12 h 20 :
  • 21 Oies des neiges
  • 145 Eiders à duvet
  • 239 Plongeons catmarins – De cette quantité vraiment surprenante, seulement deux oiseaux étaient en vol! Un vent pratiquement nul et la marée montante qui poussait lentement les catmarins vers l’amont ont fait le reste.
  • 4 Plongeons huards – Comme toujours, les catmarins sont au large, mais les huards se tiennent tout près des côtes.
  • 48 Fous de Bassan
  • 95 Cormorans à aigrettes
  • 28 Grands Hérons
  • 35 Pluviers semipalmés
  • 1 Tournepierre à collier
  • 1 Bécasseau sanderling
  • 30 Bécasseaux semipalmés
  • 1 Guillemot marmette
  • 3 Petits Pingouins – La majorité des gros alcidés circulaient loin devant le quai et sont restés non-identifiés. Seuls un Guillemot marmette et trois Petits Pingouins sont passés assez près pour être identifiés.
  • 5 Mouettes tridactyles – Cinq juvéniles sont passés un à un devant le quai. Pourtant, la semaine dernière aux Escoumins, nous n’avions vu que quelques juvéniles parmi les milliers de mouettes observées.
  • 3 Mouettes de Bonaparte
  • 700 Goélands à bec cerclé – Comme l’an dernier, plusieurs Goélands à bec cerclé juvéniles se nourrissaient de fruits de Cerisier de Virginie (cerisier à grappe). Sur la route, il y avait d’ailleurs des fientes de goélands débordant de noyaux de cerises. C’est plutôt étrange de voir des goélands essayer de se percher dans des arbustes! Les goélands sont vraiment opportunistes… mais pourquoi les juvéniles sont-ils les seuls à en profiter?!?
Goélands à bec cerclé (Ring-billed Gulls – Larus delawarensis)
Rivière-Ouelle – 15 août 2014 © Claude Auchu

Goéland à bec cerclé (Ring-billed Gull – Larus delawarensis)
Rivière-Ouelle – 15 août 2014 © Claude Auchu

Goéland à bec cerclé (Ring-billed Gull – Larus delawarensis)
Rivière-Ouelle – 15 août 2014 © Claude Auchu
  • 40 Goélands argentés
  • 14 Sternes pierregarins
  • 2 Faucons émerillons
  • 1 Tyran tritri
  • 10 Hirondelles bicolores
  • 1 Hirondelle de rivage
  • 20 Hirondelles rustiques
  • 3 Grives fauves
  • 2 Grives à dos olive
  • 2 Parulines à joues grises
  • 10 Parulines masquées
  • 1 Paruline tigrée
  • 1 Paruline à tête cendrée
  • 2 Parulines à poitrine baie
  • 2 Parulines jaunes
  • 6 Parulines à croupion jaune
  • 1 Bruant de Nelson
Fait rare à signaler, j’ai observé un Marsouin commun au large du quai de Rivière-Ouelle vendredi matin! J’ai un vague souvenir d’un autre que j’aurais vu au même endroit il y a quelques années (s’il s’était agi d’un oiseau rare, je m’en souviendrais en détail!!!). Le seul cétacé régulier à Rivière-Ouelle est le Béluga, toujours très facile à repérer grâce à sa blancheur.

Vendredi matin, j’ai également passé une petite demi-heure à Saint-Denis où j’ai pu observer les limicoles suivants :
  • 160 Pluviers argentés
  • 1 Pluvier bronzé
Pluviers argentés (Black-bellied Plovers – Pluvialis squatarola)
et Pluvier bronzé (American Golden-Plover – Pluvialis dominica)
Saint-Denis – 15 août 2014 © Claude Auchu

Pluviers argentés (Black-bellied Plovers – Pluvialis squatarola)
et Pluvier bronzé (American Golden-Plover – Pluvialis dominica)
Saint-Denis – 15 août 2014 © Claude Auchu
  • 1 Tournepierre à collier
  • 1 Bécasseau sanderling
Comme il fallait s’y attendre, après mon départ pour Rivière-Ouelle vendredi, Christiane n’est pas parvenue à se rendormir. Elle a donc décidé d’aller faire un peu d’ornitho-vélo et elle est revenue avec une récolte surprenante pour certains passereaux. Il faut dire que ma compagne a une méthode d’observation plutôt différente de la mienne. Personnellement, je préfère avancer assez rapidement pour convrir le maximum de terrain, ne ralentissant que lorsque je croise une groupe d’oiseaux. Je fonctionne donc un peu comme un émerillon qui patrouille rapidement les rivages en comptant sur le hasard et la surprise pour trouver ce qu’il recherche. Christiane, au contraire, avance très lentement, attendant patiemment que les oiseaux recommencent à se déplacer en pensant être seuls. Je comparerais donc son mode d’observation à celui d’une chouette qui préfère demeurer à l’affut. Lorsque nous sommes ensemble (et c’est la plupart du temps!), nous devons trouver un juste milieu entre nos deux stratégies!

Entre 7 h 00 et 11 h 30, Christiane a rencontré 53 espèces à La Pocatière, parmi lesquelles :
  • 13 Urubus à tête rouge
  • 5 Petites Buses
  • 3 Pics maculés
  • 4 Pics mineurs
  • 3 Crécerelles d’Amérique
  • 2 Faucons émerillons
  • 1 Moucherolle tchébec
  • 2 Moucherolles phébis
  • 1 Viréo à tête bleue
  • 20 Viréos aux yeux rouges
  • 15 Geais bleus
  • 22 Mésanges à tête noire
  • 20 Sittelles à poitrine rousse – Autant de sittelles pourraient bien annoncer un hiver plus joyeux pour les ornithologues que celui de l’an dernier!
  • 2 Grives fauves
  • 1 Grive à dos olive
  • 2 Grives solitaires
  • 2 Moqueurs chats
  • 15 Parulines couronnées – Probablement la plus belle surprise de sa matinée, Christiane a réussi à voir (et non entendre) pas moins de 15 Parulines couronnées! Autant cette espèce est très facile à repérer dès son arrivée à la mi-mai jusqu’à la mi-juillet grâce à son chant extrêmement bruyant, autant elle devient difficile à trouver lorsqu’elle est silencieuse. Les parulines découvertes par Christiane se tenaient en petits groupes de deux à cinq oiseaux.
  • 1 Paruline noir et blanc
  • 2 Parulines obscures
  • 6 Parulines masquées
  • 1 Paruline flamboyante
  • 1 Paruline à tête cendrée
  • 2 Parulines à gorge orangée
  • 1 Paruline jaune
  • 1 Paruline à flancs marron
  • 1 Paruline rayée
  • 3 Parulines à croupion jaune
  • 1 Paruline à gorge noire
  • 25 Bruants familiers
  • 39 Bruants chanteurs
  • 1 Cardinal à poitrine rose
  • 11 Roselins pourprés
  • 51 Chardonnerets jaunes
Samedi, selon MétéoMédias, des risques d’averses assez élevés étaient prévus pour l’après-midi. Cependant, en regardant les images satellitaires, nous avons fait nous-mêmes nos propres prévisions et nous avons décidé que la pluie débuterait en milieu d’avant-midi. Nous avons donc annulé notre longue promenade à vélo pour la remplacer par une simple tournée en voiture. Les principaux endroits visités ont été les mêmes, ce sont les déplacements entre chacun de ces sites qui ont été mois profitables. Mais, puisque nous avons terminé notre tournée sous la pluie (nos prévisions étaient les bonnes!), notre décision aura été un beau compromis.
Après avoir observé quelques hirondelles en migration sur les battures du fleuve, nous avons trouvé une bande de plus de 150 individus de cinq espèces différentes rassemblés au-dessus d’un étang par les premières averses.

Ce sont tout de même 70 espèces que nous aura procurées les 4 h 30 d’excursion de samedi le 16 août. En voici un aperçu :
  • 20 Canards chipeaux
  • 2 Sarcelles à ailes bleues
  • 2 Canards souchets
  • 2 Éperviers bruns
  • 1 Chevalier solitaire
  • 1 Grand Chevalier
  • 6 Petits Chevaliers
  • 30 Bécasseaux minuscules
  • 2 Colibris à gorge rubis
  • 2 Piouis de l’Est – Deux piouis vocalisaient à qui mieux mieux dans une érablière. On dirait souvent que ces moucherolles attendent la fin de l’été pour chanter avec le plus de cœur.
  • 3 Moucherolles des aulnes
  • 1 Moucherolle tchébec
  • 23 Hirondelles bicolores
  • 1 Hirondelle à ailes hérissées – Un oiseau était perché sur une clôture en compagnie d’un important groupe d’hirondelles. Observée à moins de 8 mètres, ses parties supérieures brunes et sa gorge chamois étaient faciles à noter. La couleur de sa gorge nous porte à croire qu’il s’agissait d’un juvénile. Cependant, les hirondelles étaient perchées tellement près les unes des autres que nous n’avons pas été en mesure de distinguer la coloration des couvertures sus-alaires.
  • 75 Hirondelles de rivage
  • 6 Hirondelles à front blanc
  • 55 Hirondelles rustiques
  • 7 Mésanges à tête noire
  • 7 Sittelles à poitrine rousse
  • 1 Grive fauve
  • 2 Parulines noir et blanc
  • 1 Paruline obscure
  • 1 Paruline à joues grises
  • 2 Parulines tristes – Dans une zone buissonneuse, une paruline s’est envolée en chantant comme le font souvent les Parulines masquées. Son chant était plutôt improvisé et ne correspondait à aucune de nos parulines. Nous avons été bien surpris de voir, une fois l’oiseau redescendu au sol, qu’il s’agissait d’une Paruline triste mâle en plumage d’hiver!!! Il est étrange qu’une fois sa mue automnale terminée, elle ait encore assez d’hormones pour pouvoir essayer de chanter!
  • 15 Parulines masquées
Paruline masquée (Common Yellowthroat – Geothlypis trichas)
La Pocatière – 16 août 2014 © Claude Auchu
  • 2 Parulines flamboyantes
  • 3 Parulines à gorge orangée
  • 5 Parulines jaunes
  • 2 Parulines à flancs marron
  • 1 Paruline bleue
  • 1 Paruline à croupion jaune
  • 1 Paruline du Canada
  • 1 Bruant de Nelson – Comme les piouis et la Paruline triste, ce bruant chantait encore. Les Bruants de Nelson chantent cependant régulièrement jusqu’à la mi-août.
  • 2 Bruants des marais
  • 2 Goglus des prés
  • 2 Vachers à tête brune
  • 6 Gros-becs errants
Cette autre belle séquence d’excursions a bien clos notre première semaine de vacances. La deuxième s’annonce tout aussi chargée…!

samedi 16 août 2014

Mouette rieuse et Fulmar boréal

Voici la suite de notre petite visite estivale aux Escoumins, le village nord-côtier que nous avons habité entre 1996 et 2003. Depuis quelques semaines déjà, nous étions fébriles à l’idée de parcourir à nouveau ces sites qui nous ont procuré tant d’oiseaux durant ces années.

La journée de lundi a été bien occupée avec autant de temps consacré aux passereaux qu’aux oiseaux aquatiques. J’ai toujours aimé avoir une idée la plus réaliste possible de tous les oiseaux présents dans un endroit, je ne m’attarde donc que rarement à une seule espèce ou groupe d’espèces. Je me sentirais bien coupable de laisser pour compte certaines espèces simplement parce que je rencontre les mêmes chez moi! C’est probablement pour cette raison que je préfère explorer encore et encore certains sites situés près de chez moi plutôt que de parcourir la province à la recherche d’oiseaux perdus (et trop souvent déjà trouvés par quelqu’un d’autre).

Lundi le 11 août, nous avons observé 60 espèces aux Escoumins. En voici un aperçu :
  • 17 Bernaches du Canada
  • 6 Chevaliers grivelés
  • 2 Grands Chevaliers
  • 5 Petits Chevaliers
  • 2000 Mouettes tridactyles
  • 3000 Mouettes de Bonaparte
  • 2 Mouettes pygmées – Les deux immatures en mue vers leur plumage de 2e hiver vus la veille étaient encore sur place.
  • 200 Goélands à bec cerclé
  • 40 Goélands argentés
  • 10 Goélands marins
  • 4 Colibris à gorge rubis
  • 1 Pic maculé – Préférant les grands arbres feuillus aux conifères, ce pic est un nicheur plutôt localisé sur la Côte-Nord. Aux Escoumins, nous ne connaissions qu’un seul site, un simple bosquet de grands trembles, où l’espèce était régulière en été. Lundi, 11 ans après notre dernière visite, nous sommes retournés à cet endroit précis. J’ai simplement lancé une imitation de Chouette rayée (le moyen le plus sûr de faire réagir un de ces pics) et, hop!, un Pic maculé m’a répondu! Nous nous plaisons à penser qu’il s’agit d’un descendant des oiseaux que nous avons suivis durant notre séjour!
  • 4 Pics mineurs
  • 2 Pics chevelus
  • 2 Grands Pics
  • 2 Crécerelles d’Amérique
  • 2 Faucons émerillons
  • 1 Moucherolle à ventre jaune
  • 9 Moucherolles des aulnes
  • 1  Moucherolle tchébec
  • 1 Tyran tritri
  • 1 Viréo à tête bleue
  • 2 Viréos de Philadelphie
  • 13 Viréos aux yeux rouges
  • 17 Sittelles à poitrine rousse – Une bonne quantité, à l’image des cônes dans les différents conifères.
  • 1 Troglodyte des forêts
  • 5 Grives à dos olive
  • 1 Grive solitaire
  • 10 Merles d’Amérique
  • 3 Moqueurs chats – Les trois oiseaux étaient ensemble, on peut penser à un groupe familial.
  • 1 Paruline noir et blanc
  • 8 Parulines obscures
  • 1 Paruline à joues grises
  • 1 Paruline triste
Paruline triste (Mourning Warbler – Geothlypis philadelphia)
Les Escoumins – 11 août 2014 © Claude Auchu
  • 16 Parulines masquées – Malgré ce nombre respectable, j’ai toujours trouvé que les Parulines masquées étaient nettement moins communes sur la Côte-Nord que dans la région de La Pocatière.
  • 1 Paruline flamboyante
  • 15 Parulines à tête cendrée
Paruline à tête cendrée (Magnolia Warbler – Setophaga magnolia)
Les Escoumins – 11 août 2014 © Claude Auchu
  • 7 Parulines à poitrine baie
  • 2 Parulines à gorge orangée
  • 1 Paruline à croupion jaune
  • 3 Bruants chanteurs – Une autre espèce bien plus en évidence dans ma région.
  • 31 Bruants à gorge blanche
  • 3 Juncos ardoisés
  • 5 Roselins pourprés
  • 1 Bec-croisé bifascié
  • 3 Tarins des pins
  • 20 Chardonnerets jaunes
  • 1 Gros-bec errant
Pour la journée de mardi, nous nous sommes dirigés vers le site où nous avons fait l’observation mémorable d’une Grive litorne en 1999, une des rencontres les plus marquantes de mes 39 ans de birding. Nous avons retrouvé l’endroit exact sans trop de problème, même si les arbustes qui se trouvaient entre nous et la grive sont maintenant devenus des arbres.

Voici une partie des 66 espèces que nous avons observées aux Escoumins durant la journée de mardi le 12 août :
  • 60 Eiders à duvet
  • 1 Macreuse brune
  • 5 Plongeons huards
  • 1 Fou de Bassan
  • 1 Guillemot à miroir
  • 700 Mouettes tridactyles
  • 3000 Mouettes de Bonaparte – Il est intéressant de voir à quel point les quantités de mouettes présentes dans la baie des Escoumins peuvent être différentes d’une journée à l’autre. Des 2000 Mouettes tridactyles comptées la veille, il n’en restait plus que 700 mardi et des 6000 Mouettes de Bonaparte de dimanche, nous n’en avons trouvé que la moitié lundi et mardi. Ces variations signifient surtout que certains oiseaux arrivent et d’autres quittent à chaque jour. Des nouveautés peuvent donc se présenter à n’importe quel moment. Qui s’en plaindrait???
  • 1 Mouette rieuse – Le bel adulte en mue signalé la veille était présent derrière la poissonnerie en début d’après-midi. Nous avons observé cette espèce sur la Haute-Côte-Nord à chaque année de 1997 à 2001, avec souvent plus d’un individu à la fois.
Mouette rieuse (Black-headed Gull – Chroicocephalus ridibundus)
et Mouettes de Bonaparte (Bonaparte’s Gulls – Chroicocephalus philadelphia)
Les Escoumins – 12 août 2014 © Claude Auchu
  • 1 Mouette pygmée – Un des deux immatures observés ces derniers jours était encore sur place. La Mouette pygmée est régulière en fin d’été et en automne dans la région de Tadoussac/Escoumins depuis maintenant plus de 30 ans (autrement dit, nous n’avons rien découvert!).
Mouette pygmée (Little Gull – Hydrocoloeus minutus)
et Mouettes de Bonaparte (Bonaparte’s Gulls – Chroicocephalus philadelphia)
Les Escoumins – 12 août 2014 © Claude Auchu
  • 4 Colibris à gorge rubis
  • 4 Pics mineurs
  • 3 Pics flamboyants
  • 4 Moucherolles des aulnes
  • 2 Moucherolles tchébecs
  • 4 Tyrans tritris – Les quatre oiseaux étaient perchés ensemble dans de grands arbres secs en bordure de la rivière.
  • 3 Viréos à tête bleue
  • 4 Viréos de Philadelphie
  • 13 Viréos aux yeux rouges
  • 4 Merlebleus de l’Est
  • 7 Grives à dos olive
  • 3 Parulines noir et blanc
  • 11 Parulines obscures
  • 5 Parulines à joues grises
  • 1 Paruline triste
  • 7 Parulines masquées
  • 1 Paruline tigrée
  • 1 Paruline à collier
  • 23 Parulines à tête cendrée
  • 8 Parulines à poitrine baie
Paruline à poitrine baie (Bay-breasted Warbler – Setophaga castanea)
  • 3 Parulines à gorge orangée
  • 1 Paruline à flancs marron
  • 1 Paruline rayée
  • 1 Paruline bleue
  • 1 Paruline à croupion jaune
  • 2 Parulines à gorge noire
  • 2 Parulines du Canada
  • 16 Bruants familiers
  • 2 Bruants des prés
  • 3 Bruants chanteurs
  • 3 Roselins pourprés
  • 6 Becs-croisés bifasciés
  • 3 Tarins des pins
  • 15 Chardonnets jaunes
  • 1 Gros-bec errant
Un total de 17 espèces de parulines durant notre séjour nous est apparu très intéressant. Nous avons bien sûr remarqué l’absence complète de Paruline jaune et la rareté de la Paruline flamboyante. Ces deux espèces sont parmi les plus régulières dans la région de La Pocatière et nous avons trouvé presque amusant de ne pas en voir plus sur la Côte-Nord. Elles sont tout de même des nicheuses régulières dans la région des Escoumins. D’ailleurs, nous avions même vu une Paruline flamboyante très tardive sous une fine neige le 5 novembre 1998 à Bergeronnes. Nous n’avons pas croisé non plus d’Étourneaux sansonnets sur notre itinéraire. Eux aussi sont des nicheurs sur la Côte-Nord, mais ils deviennent souvent bien discrets en automne. Je me souviens avoir remarqué que le clocher de l’église de Bergeronnes semblait alors devenir un de leurs châteaux forts!

C’est mercredi que nous avons quitté la Côte-Nord en empruntant le traversier vers Trois-Pistoles. Nous avions d’abord l’intention de prendre le départ de 13 h 00 afin de profiter d’une matinée supplémentaire aux Escoumins. Mais la marée basse en avant-midi nous a poussé à devancer notre départ et, à 5 h 30 mercredi matin, nous étions déjà sur le traversier! Avouons-le, prendre la mer aussi tôt le matin faisait bien notre affaire, étant curieux de voir ce qui peut bien circuler au milieu du fleuve à cette heure.
En attendant que le bateau quitte le quai, j’ai jetté de nombreux coups d’œil faussement distraits sur les Mouettes de Bonaparte qui, par centaines, arrivaient de l’est et entraient dans la baie des Escoumins. Mon attention a été attirée par un oiseau légèrement différent des autres… c’était la Mouette rieuse qui était de retour!

Voici la courte liste des oiseaux vus depuis le traversier de Trois-Pistoles/Escoumins mercredi le 13 août entre 5 h 30 et 7 h 00 :
  • 1 Macreuse à front blanc – Une seule! Elle abonde habituellement près de l’île aux Basques, mais pas cette fois…
  • 3 Plongeons huards
  • 1 Fulmar boréal – C’est en plein le type d’oiseau que nous espérions voir! Un individu de forme sombre est passé devant le bateau en direction est au premier tiers de la traversée. Le fulmar est probablement présent régulièrement dans la région en été et en automne, mais en très petit nombre. Certaines années, au début de l’été, ils peuvent cependant être présents en quantité surprenante, comme le prouvent les 45 fulmars que nous avions vus sur le traversier le 8 juin 1998 ou, mieux encore, les 350 du 8 juin 1985!
  • 80 Fous de Bassan
  • 200 Cormorans à aigrettes
  • 27 Petits Pingouins
  • 1 Guillemot à miroir
  • 100 Mouettes tridactyles
  • 1 Mouette de Bonaparte
  • 2 Goélands argentés
  • 2 Goélands marins
Ajoutons en terminant que nous avons aussi entrevu un probable Macareux moine.
Durant nos belles années aux Escoumins, nous avons fait de multiples traversées à bord de l’Héritage 1. Certaines se sont conclues avec des résultats encore plus faibles que celui de mercredi, mais d’autres nous ont fourni des milliers d’oiseaux et des surprises qui nous font encore vibrer bien des années plus tard. Christiane avait même pris l’habitude d’inscrire les conditions de la traversée (marée, vents, quantité de lignes de débris flottants…) afin d’essayer de tracer un lien entre elles et le nombre d’oiseaux observés. Il faudrait bien que je retrouve ses notes pour voir ce que l’on peut en tirer, même si la mode d’effectuer des traversées à la recherche d’oiseaux est nettement en déclin.
De retour à La Pocatière, nous avons repris où nous en étions…!

Mais, avant, j'aurais ce message important à vous faire:
Cette année encore, Vitamines Jamieson offre 100 000$ qui seront partagés entre cinq organismes de conservation selon la proportion de votes reçus par chacun. Cette fois, le Regroupement QuébecOiseaux fait partie des finalistes et, vous l’aurez compris, ce sont vous, moi et toute la communauté ornithologique québécoise (ainsi que nos amis) qui déciderons indirectement du montant dont RQO bénéficiera. Pour ce faire, nous devons simplement voter pour RQO à tous les jours du 18 août au 14 septembre à partir de la page Facebook de Jamieson. À noter qu’il faut être membre de Facebook pour voter et que les votes doivent être enregistrés à partir d’un ordinateur. Vous pouvez même recevoir un rappel quotidien en vous inscrivant à cette liste! N’oubliez pas : chaque vote compte et chacun de nous (ainsi que nos amis, cousins et patrons) peut le faire à 28 reprises! Le montant que RQO recueillera grâce à cet effort collectif appuiera la réalisation de l’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec (un autre beau travail d’équipe!) et, bien sûr, à la protection des oiseaux en péril.